La Campagne à Paris - Reportage Photo par Sebastien Pons
Reportage sur la Campagne à Paris, quartier situé aux portes de Paris dans le XXe arrondissement qui fut l'ancêtre des HLM est devenu très riche
photographe,campagne,tours,professionnel,reportage,sebastien,pons,paris,documentaire,hans lucas,photojournalisme,journalisme,studio,agence
22753
portfolio_page-template-default,single,single-portfolio_page,postid-22753,qode-social-login-1.0.2,qode-restaurant-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,select-theme-ver-4.6,vertical_menu_enabled,paspartu_enabled,menu-animation-line-through,side_area_uncovered,wpb-js-composer js-comp-ver-5.5.5,vc_responsive

La campagne à Paris

La Campagne à Paris est un petit quartier composé seulement de la rue Jules Siegfried et de la rue Irénée Blanc situé aux portes de Paris dans le XXe arrondissement. Ce lieu insolite et caché est composé d’une centaine de pavillons qui a vu le jour au début du XXe siècle. Une fois l’un des quatre escaliers franchi, le temps s’arrête, plus un bruit, plus d’immeubles, plus de
voitures…

En arrivant porte de Bagnolet, le carrefour est un lieu de passage très fréquenté par les automobilistes avec klaxons et bruits des moteurs. Des commerces, le métro et le tram participent à ce fourmillement du quartier. Quand on arrive par le tram, on peut apercevoir, entre deux maisons végétalisées, un escalier étroit dont on ne distingue pas la fin. C’est l’une des cinq entrées possibles avec 3 autres escaliers et à “la pointe” de ce quartier en forme de goutte il est possible de rentrer en voiture.

De par ses pavés, ses escaliers et sa configuration fermée, seuls les riverains circulent en voiture. On croise donc des piétons habitant juste à côté de la Campagne à Paris qui promènent leur chien au milieu de la route ou encore des touristes québécois transportés par le calme et le charme de ces petites maisons en “briques de guerre” très poreuses et bon marché. Dans un des trois escaliers, Mourad, Mickaël et Selim âgés de 27, 19 et 23 ans respectivement se retrouvent là tous les jours, se poser, pour fumer un joint. Ils habitent porte des Lilas et viennent ici pour le cadre et le calme.

Sans ces quelques passants rencontrés, il serait facile de penser que le temps est figé. La vie se trouve derrière les portes de ces maisons ouvrières du début du siècle construites sur une butte composée de terre issue des grands travaux haussmanniens de la seconde partie du XIXe siècle des avenues République et Gambetta. Ce plateau glaiseux donna la naissance à un bois. C’est le pasteur Sully Lombard qui va créer une coopérative afin que les ouvriers, les fonctionnaires et les personnes à revenus modestes puissent accéder à la propriété. La campagne à Paris composée d’habitations bon marché (HBM) est en fait l’ancêtre du HLM. Marianne qui vit dans la première maison de ce quartier car ses arrière arrière grand parents ont acheté la maison témoin en 1910. Toutes les générations ont vécu dans cette maison. Elle en profite pour sortir une photo d’époque de la maison avec encore rien autour. Michèle, sa voisine d’en face, 66 ans et qui vit dans sa maison depuis 42 ans, souligne que la situation a bien changé et que maintenant ce sont des cadres supérieurs qui vivent dans ce quartier et des colocations se forment. A quelques maisons justement, Tatiana, 29 ans, journaliste, vit avec trois autres personnes en colocation dont le loyer avoisine les 3500€ par mois. Elle aime son quartier même si quelques habitants regroupés en association de “défense” de la Campagne à Paris se plaignent des quelques soirées qu’ils peuvent faire dans le jardin.

L’association ne fait pas l’unanimité… Marianne a failli avoir un procès après le ravalement de sa façade côté jardin. Michèle les traite de réacs qui tuent le quartier. Elle ne comprend pas qu’ils appellent la police dès que des jeunes se posent dans les escaliers. Deux voitures de police ont fait le tour du quartier le temps de mon reportage. Sarah la voisine mitoyenne vit seule avec ses chats et me reçoit dans son petit jardin comme toutes les maisons de la Campagne à Paris. Elle confie que les guides de visite de groupe préviennent que les habitants sont “non avenants”.

A une époque où le paysage des banlieues est en perpétuel changement avec certains parisiens qui sont obligés de s’éloigner à cause du prix de l’immobilier, ce quartier prolétaire, ancêtre des HLM, est devenu petit à petit un quartier très riche et dans un immobilisme total caché en silence sur sa butte.

La campagne a Paris des jeunes fument un joint proche du quartier la campagne a paris premiere maison temoin de la campagne a paris en photo d'epoque